Prendre conscience des comportements biologiques (inconscients) de survie, développés dans l’enfance.

Les problèmes que l’individu rencontre prennent racine dans sa façon d’appréhender le monde. Dans l’enfance, c’est une exigence biologique de survie que ses parents s’occupent de lui ; ainsi, il a développé certains comportements, car à l’époque, ils étaient les plus appropriés pour avoir l’attention de ses parents et il en a tiré un grand plaisir biologique.

Au cours de sa vie, il a développé ces comportements qui lui donnaient tant de plaisir, qu’ils sont devenus répétitifs et inconscients, mais inadaptés dans sa vie d’adulte et source de conflits, se traduisant par des malaises et maladies. Nous travaillons sur la façon d’être au monde du patient, et à contacter son ressenti fondamental. Il peut alors modifier, voire inverser jusqu’à ses racines corporelles, sa vision personnelle du monde.

Pour cela, le patient est invité à prendre conscience des mécanismes subtils qui se jouent en lui, aujourd’hui comme hier… et sans doute comme demain, s’il ne se prend pas en main.

Il est amené à :

– comprendre que les « fantasmes » qui le mènent « par le bout du nez » , à son insu, se sont construits au travers de son histoire personnelle et transgénérationnelle ;

– se confronter sans culpabilisation ni jugement, à la réalité dans laquelle il s’est placé, par nécessite de survie ;

– à accueillir ses émotions avec compassion ; afin de pouvoir s’en libérer.

En ouvrant les yeux sur ses scénarios inconscients, il retrouvera sa liberté de choix, il pourra se réinventer ; non pas en changeant ce qui s’est passé, mais en modifiant le jugement qu’il porte dessus. Ce processus permet de rétablir le choix du patient sans imposer une volonté de guérison. Le respect du choix fondamental de vie du patient est une exigence éthique incontournable.

Aller au-delà de l’imprégnation biologique, des héritages généalogiques, c’est un pardon authentique, c’est entrer dans une vision spirituelle, en lieu et place d’une revendication mécanique de survie.

C’est un travail transformateur qui permet d’entrevoir une autre possibilité de vivre et non de survivre.

 

Monique Tribillac

Praticienne en thérapie émotionnelle intuitive et psycho-corporelle

(Je ne suis pas médecin, pas de diagnostic, pas d’acte ni traitement médical, pas de prescription d’ordonnance)

www.therapie-breve66.com